Un week-end à Colmar

Les festivités de Noël jouent les prolongations en Alsace. Aussi avons-nous décidé d’aller passer le week-end du côté de Colmar, la petite Venise de l’Est. Située à 2h30 en train de Paris, cette destination est idéale pour un séjour de 2 jours.

Vous trouverez ici un condensé des must-see et must-do de ce charmant petit coin.

Commencez votre week-end par arpenter la rue principale qui traverse de bout en bout la ville, appelée la Grand Rue. Oui, ici, les noms de rue surprennent par leur originalité. Vous serez émerveillé par cette succession de maisons colorées, dont la structure ressemble fortement à leurs voisines cauchoises de Normandie. Perdez-vous dans le dédale de ruelles, et venez petit-déjeuner au Croissant doré. Petit café chaleureux, à la devanture et à la déco rétro. En plus de votre café, thé ou autres boissons chaudes, vous pourrez déguster les gâteaux maison. Mention spéciale à la tarte au citron ou encore celle à l’amande et aux noix. Un régal !

Une fois la dégustation terminée, direction les canaux qui ont fait la réputation de Colmar. Le quartier des tanneurs débouche sur le marché couvert. Hop, on n’hésite pas à y faire un petit tour : spécialités locales et un peu de chaleur ne font pas de mal.

Puis, on s’émerveille devant les petites maisons colorées qui bordent le canal. Port Grimaud ? Copenhague ? non, c’est bien Colmar, au bord de ce qu’on nomme La petite Venise.

Une fois la série de photos incontournables faite, direction Version originale 68 pour un bon vin chaud !

Poursuivez ensuite votre promenade vers des territoires plus inspirés… En effet, Colmar dispose de trois églises, en briques rouges, rappelant la cathédrale de Strasbourg. Les visites sont possibles sauf entre 12h00 et 15h00. Mais ça vaut le détour !

En janvier, les températures sont très fraiches à Colmar. Pour éviter de mourir gelés, nous sommes allés visiter le musée du jouet. Un régal ! On a retrouvé tous les jouets de notre enfance et de celle de nos parents. Du docteur Maboule, à Gigi la girafe en passant par le cochon qui rit et les Polly-pocket, rien ne manquait. 3 étages de nostalgie garantie !

Nous avons été ensuite satisfaire nos ventres affamés au Petit Schlossenberg. Ambiance alsacienne assurée. Si le vin chaud est passable, les tartes flambées, plus connues sous le nom de Flammenkuche sont très bonnes.

L’après-midi direction le superbe musée UnterLinden. Installé dans un ancien monastère du XIIIe siècle, le musée est construit autour d’un magnifique cloître bien conservé, ainsi que d’anciens bains. Trois étages aux collections variées, mais mention spéciale pour l’exposition en cours, et ce, jusqu’au 31 janvier 2017 sur Otto Dix. Ce peintre allemand, dont l’ensemble de l’oeuvre a été qualifiée d’Art dégénéré sous l’Allemagne nazie, offre une vision tragique de la Grande Guerre et de ses séquelles sur l’Homme. Un étage y est consacré et les oeuvres mobilisées sont de qualité.

Et pour finir la journée, direction la Brasserie des Tanneurs, 6 fois primée par Le Petit Futé. On a pris notre courage à deux mains et on a dégusté des plats typiques et bien caloriques dont j’ai déjà oublié le nom. Balade digestive obligatoire sous les illuminations de Noël ! Fort sympathique !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s