California Girls, Simon Liberati

Non, ce livre ne vous transportera pas aux pays des surfeuses blondes platines, aux corps bronzés et huilés, non, ce récit est aux antipodes du California Dreamin de Mamas and The Papas…

337 pages qui vous amènent à vivre les dernières heures de Sharon Tate, l’ancienne compagne de Roman Polanski, enceinte de 6 mois et torturée par 4 membres de la secte de Charles Manson.

Alors oui, dis comme cela, l’oeuvre n’est pas la plus attrayante qui soit. Pourtant, elle vaut le coup de lecture. Vous découvrirez au fil des pages l’organisation taboue et secrète de cette secte devenue mythique, les us et coutumes de ses membres, la folie de Charles Manson, l’homme à la croix gammée sur le front, tout aussi intrigante que son pouvoir de fascination sur ses subordonnées. Vous vous replongerez dans cette Amérique des années 1970 où la barbarie de leurs méfaits met fin à l’idéaliste optimisme des années hippies. Enfin, vous essayerez de comprendre – autant qu’il en est possible – la perdition de ces jeunes filles brunettes, 20 ans, candides, décharnées, aux pieds brûlés par une vie passée à se nourrir de déchets, qui, même le jour de leur procès, continuent de chanter et surtout de ne rien regretter.

Effrayant et passionnant.

Retenu dans les finalistes du prix Renaudot.

California Girls, Simon Liberati, ed. Grasset, 2016, 337p.

capture-decran-2016-12-09-a-20-31-13

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s